Les principes fondamentaux de la permaculture​

Le guide simplifié pour mieux comprendre et définir la permaculture

Si vous êtes comme moi, vous devez être émerveillé-e par la capacité de la nature à se renouveler et se régénérer sans cesse. La permaculture s'inspire de cette sagesse naturelle pour créer des écosystèmes durables et productifs. Bien que le terme « permaculture » soit de plus en plus populaire, il peut être difficile de comprendre exactement de quoi il s'agit, car cette pratique englobe une grande variété de sujets. 

C'est pourquoi, dans cet article, je vous propose d'explorer les bases de l'agriculture, et par conséquence le jardinage, en permaculture en examinant la théorie sous-jacente, les pratiques courantes et les avantages de cette approche. Que vous soyez déjà un fervent défenseur de la permaculture ou simplement curieux d'en savoir plus, ce guide est fait pour vous ! 

Quel est le lien entre les principes de la permaculture et les applications en agriculture et jardinage ?

Pour mieux comprendre la permaculture, il est intéressant de revenir à ses origines. Ce terme a été créé pour décrire une agriculture permanente, mais il a évolué pour inclure d'autres aspects, notamment sociaux. La permaculture est une philosophie complexe qui peut être interprétée de différentes manières. Pour mieux la comprendre, nous pouvons nous tourner vers les pionniers de cette approche, notamment Bill Mollison et David Holmgren, qui ont formulé les principes de la permaculture.

Selon Mollison, la permaculture est une approche qui consiste à travailler avec la nature plutôt que contre elle. Cela implique de concevoir des systèmes agricoles qui sont aussi diversifiés, stables et résilients que les écosystèmes naturels. La permaculture est donc une vision holistique qui englobe les paysages, les plantes, les animaux et les humains dans un système symbiotique.

Même si les livres et la terminologie liés à la permaculture sont relativement récents, les pratiques et les philosophies qu'ils décrivent sont aussi anciennes que l'humanité elle-même. Depuis toujours, les gens ont dû travailler en harmonie avec la nature, mais la technologie moderne nous a permis de modifier l'environnement à notre convenance, souvent au détriment de la planète. La permaculture est donc une tentative de revenir à des systèmes plus respectueux de la nature.

En fin de compte, la permaculture est une philosophie qui peut être appliquée dans de nombreux domaines de la vie, pas seulement dans l'agriculture. C'est une approche qui encourage la collaboration et la symbiose avec la nature, plutôt que la domination et la destruction. Nous pouvons tous apprendre de la permaculture pour améliorer notre propre jardin ou pour construire un monde plus durable et équitable. 

L’ éthique fondamentale

La permaculture vise à créer un écosystème autosuffisant et équilibré pour une agriculture durable. Pour comprendre cette approche, il est important d'examiner ses principes éthiques. L'éthique de la permaculture repose sur trois principes clés : 

-  prendre soin de la terre, 

-  prendre soin des gens, 

-  partager équitablement et restituer l'excédent. 

Ces principes guident toutes les pratiques de la permaculture, de la conception des espaces agricoles à la sélection des cultures à cultiver.

Le premier principe, prendre soin de la terre, est crucial pour assurer la durabilité des écosystèmes. Il implique de comprendre que la terre est un système vivant et complexe qui mérite respect et protection. En utilisant des techniques agricoles respectueuses de la nature, nous cherchons à minimiser notre impact sur l'environnement tout en produisant des aliments.

Le deuxième principe, prendre soin des gens, est également important. Nous comprenons que les êtres humains font partie intégrante de l'écosystème et que nous devons prendre soin de notre propre communauté. Pour cela, il est essentiel de créer des systèmes agricoles qui nourrissent et soutiennent nos communautés tout en respectant les limites de notre environnement.

Enfin, le troisième principe, partager équitablement et restituer l'excédent, est un moyen de favoriser la durabilité à long terme. En partageant les surplus de notre production (agricole) avec ceux qui en ont besoin, nous pouvons créer des systèmes plus équitables et durables. En même temps, il est important de rendre les excédents à la terre pour maintenir l'équilibre naturel de l'écosystème. Ce principe s'implique autant aux relations humaines qu'à notre relation à la terre. 


Photo de mains qui tiennent la terre verte

Théorie de la permaculture

La majeure partie de la théorie de la permaculture se compose des principes de conception, des strates d’un écosystème et le zonage.

Les 12 principes de la permaculture

Les 12 principes sont les étapes essentielles à suivre pour réussir à créer une conception écologique et efficace :

1. Observer et interagir : Le premier principe, nous encourage à observer attentivement notre environnement avant de concevoir quoi que ce soit. Nous devons comprendre les besoins et les interactions des différents éléments de l'écosystème avant de prendre des décisions.

2. Capter et stocker l'énergie : Le deuxième principe nous invite à utiliser des sources d'énergie renouvelables, telles que le soleil et le vent, pour alimenter nos systèmes. En stockant cette énergie, nous pouvons réduire notre consommation d'énergie non renouvelable.

3. Obtenir un rendement : Le troisième principe souligne l'importance de tirer le maximum de chaque élément de l'écosystème. Cela implique d'utiliser les ressources de manière efficace et de maximiser les avantages.

4. Appliquer l'autorégulation et accepter les rétroactions : Le quatrième principe nous encourage à être à l'écoute de notre environnement et à accepter les retours d'information. Cela nous permet de nous adapter aux changements de manière proactive.

5. Utiliser et valoriser les énergies renouvelables : Le cinquième principe est un autre aspect important de la permaculture. En utilisant les sources d'énergie renouvelables, nous pouvons réduire notre empreinte carbone et aider à préserver l'environnement.

6. Ne produisez pas de déchets : Le sixième principe encourage la réduction des déchets et la réutilisation des matériaux.

7. Partir des ensembles pour arriver aux détails : Le septième principe souligne l'importance de concevoir des systèmes efficaces et bien pensés. En prenant en compte chaque détail, nous pouvons créer des écosystèmes durables et résilients.

8. Intégrer plutôt que séparer : Le huitième principe nous encourage à concevoir des systèmes qui fonctionnent ensemble de manière cohérente. En créant des liens entre les différents éléments de l'écosystème, nous pouvons favoriser la croissance et la productivité.

9. Utiliser des solutions lentes et se montrer patient : Le neuvième principe souligne l'importance de prendre le temps de concevoir des systèmes durables et efficaces. En utilisant des solutions simples et à petite échelle, nous pouvons éviter les problèmes à grande échelle.

10. Utiliser et valoriser la diversité : Le dixième principe est un aspect clé de la permaculture. En utilisant une grande variété d'éléments dans notre conception, nous pouvons promouvoir la santé et la résilience de l'écosystème.

11. Valoriser les lignes de jonction : Le onzième principe signifie que nous devons être créatifs dans l'utilisation de l'espace disponible, en tirant parti des zones frontalières et des zones négligées pour y intégrer des éléments productifs.

12. Réagir de manière créative au changement : Enfin, le douzième principe signifie que nous devons être flexibles et adaptables dans notre approche, en utilisant les changements et les perturbations comme une opportunité pour améliorer notre système.

Les différentes strates d’un écosystème

En cherchant à recréer des écosystèmes naturels, il est important de créer différentes strates pour former un système diversifié. Les forêts naturelles sont constituées de différents étages, allant des grands arbres dans la canopée aux arbustes et plantes couvre-sol au sol, ainsi que les microbes du sol. Les différentes strates sont les suivantes :

La canopée, composée des plus grands arbres de la forêt qui poussent le plus haut.

Les arbrisseaux, constitué des arbres plus petits qui vivent sous la canopée.

Les arbustes, des plantes ligneuses et touffues telles que les arbustes à baies.

Les plantes herbacées hautes, supérieures à 50 cm.

Les plantes herbacées basses, inférieures à 50 cm

Les couvre-sol, qui correspondent aux plantes poussant directement sur le sol.

La strate rhizosphère, qui correspond aux couches de racines dans le sol.

La strate mycélienne.

La strate grimpante, qui inclut toutes les plantes qui poussent en hauteur, comme les vignes.

La strate aquatique hélophytes ou plantes de berges

La strate aquatique hydrophyte, plantes immergées


Graphisme IA d'un jardin forêt

Le zonage

La conception en permaculture utilise différentes zones pour organiser les éléments en fonction de notre capacité à les prendre en charge. En plaçant les éléments nécessitant beaucoup d'attention près de notre maison et les éléments plus autonomes plus loin, les zones nous aident à optimiser notre mouvement et notre flux de travail. 

Les zones sont divisées comme suit :

Zone 00 : la zone de coeur, source de notre bien-être et de nos émotions , des idées et aspirations, origine du travail de conception 

Zone 0 : la zone où nous habitons

Zone 1 : la plus fréquentée, pouvant inclure un potager

Zone 2 : moins visitée que la zone 1, comprenant des jardins nécessitant peu d'entretien

Zone 3 : permet la culture de grandes cultures nécessitant peu de visite

Zone 4 : une zone semi-sauvage qui peut fournir des ressources pour les autres zones

Zone 5 : la zone sauvage où l'on observe la nature avec un minimum d'interaction.


Graphisme des zones en permaculture

Pratiques les plus courantes de la permaculture

Pour approfondir notre compréhension de ce qu'est la permaculture, il est possible d'examiner certaines pratiques courantes pour voir comment les principes sont appliqués concrètement.

1. Agroforesterie

L'agroforesterie est un système qui combine les pratiques agricoles et forestières en un seul système. Il consiste à utiliser des arbres, des arbustes, des herbes et des animaux pour produire des cultures symbiotiques. Les forêts nourricières sont une conception populaire de la permaculture qui vise à imiter les forêts naturelles et à mettre en œuvre des relations écologiques entre les espèces et les règnes qui y existent. Les forêts nourricières peuvent être appliquées à différentes échelles, des forêts entières aux systèmes plus petits qui ne comprennent que quelques-unes de leurs idées. Par exemple, vous pouvez faire pousser de la nourriture pour le bétail entre les jeunes arbres fruitiers. 

2. Permaculture suburbaine

La permaculture est également appliquée dans les zones suburbaines, où il y a peu d'espace pour des fermes à grande échelle en raison de la densité croissante des villes. Heureusement, la permaculture peut être pratiquée à petite échelle, comme en transformant une pelouse en une forêt nourricière. Même sur de petits espaces, on peut constater une production abondante d'herbes, de fruits, de noix et d'autres légumes, permettant même à certaines personnes de tirer un revenu supplémentaire de leurs petits jardins.

3. Hügelkultur

Ce mot allemand fait référence à la pratique consistant à enfouir de morceaux de bois dans le sol afin d'améliorer la qualité du sol et de la rétention d'eau. Le bois en décomposition contribue à enrichir le sol en nutriments et à augmenter sa capacité à retenir l'eau.



Photo d'une butte en permaculture

4. Récupération de l’eau

La collecte de l'eau est considérée comme l'une des pratiques les plus importantes en permaculture. L'eau est essentielle à toutes les formes de vie et sa quantité et sa qualité affectent directement la santé et la productivité des systèmes écologiques. La collecte de l'eau est un élément central de la permaculture et est intégrée dans tous ses domaines. Elle comprend la collecte de l'eau de pluie, la redirection des eaux de ruissellement et la réutilisation des eaux grises. Ces pratiques permettent de vivre sans déchets et d'utiliser toutes nos ressources de manière intelligente.


Photo de récupération d'eau

5. Culture intercalaire et compagnonnage

Fondamentalement, la permaculture met en avant l'intégration, l'harmonie et la coopération. Elle encourage la culture intercalaire et la plantation de plantes compagnes, qui se soutiennent mutuellement. En combinant des plantes bénéfiques l'une pour l'autre, nous constatons une amélioration de leur santé et de leur productivité.


Photo d'une maison en terre crue

6. Construction naturelle

Même si la construction naturelle ne fait pas directement partie des activités agricoles, elle occupe néanmoins une place importante dans la permaculture. Elle implique l'utilisation de ressources naturelles pour la construction de bâtiments et de maisons. Les méthodes de construction naturelle utilisent des matériaux tels que l'argile, le sable, l'eau et la paille, qui sont adaptées aux conditions climatiques locales.

7. Pâturage

Dans la conception de la permaculture, il est important de prendre en compte l'interaction des animaux avec la terre. Les effets néfastes du surpâturage sont difficiles à réparer, il est donc essentiel d'avoir un plan de gestion adéquat. Dans cette optique, la permaculture utilise principalement le pâturage tournant dynamique, un système où les animaux sont déplacés d'une parcelle de terre à une autre afin de permettre à la terre de récupérer.


Photo d'une vache charolaise

Avantages de la permaculture

Certains avantages ont déjà été mis en évidence. Les avantages sont ce qui rend la permaculture attrayante et c'est pourquoi de plus en plus de personnes mettent en pratique ces idées. 

Voici quelques-uns des plus grands avantages que nous trouvons.

1. Moins de consommation d’eau

La permaculture permet de réaliser d'importantes économies d'eau grâce à des systèmes de collecte et d'utilisation d'eau intelligents. C'est un avantage majeur, d'autant plus que l'accès à l'eau est devenu un enjeu crucial à l'échelle mondiale. En maximisant l'utilisation de cette ressource vitale, nous contribuons à construire un avenir durable.

2. Moindres coûts

En optimisant l'utilisation de nos ressources, nous sommes en mesure de réduire le besoin d'utiliser des ressources supplémentaires. En tirant le plein potentiel de chaque élément, nous réduisons le gaspillage et diminuons notre dépendance à l'égard des ressources externes. En outre, l'autosuffisance est un objectif clé de la permaculture, ce qui signifie que nous nous efforçons de produire tout ce dont nous avons besoin plutôt que d'acheter des produits finis. Cette approche à long terme nous assure une meilleure qualité de vie.

3. Zéro déchet

Grâce à une conception minutieuse des systèmes, il n'y a pas de place pour le gaspillage. Au lieu de cela, la production d'un système devient l'entrée du système suivant, créant ainsi un cercle vertueux. Cette approche peut aider à résoudre une grande partie des problèmes de pollution auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui. Le zéro déchet est également bénéfique pour le système car toutes les sorties sont réutilisées en tant qu'entrées. Par exemple, les restes alimentaires ne sont jamais gaspillés, mais plutôt compostés pour devenir des nutriments pour les jardins.

4. Moins de travail

Comme mentionné ci-dessus, la permaculture travaille avec la nature plutôt que contre elle. Nos systèmes sont donc conçus pour utiliser la productivité de la nature afin que nous puissions également en bénéficier. Dans un sens, la nature travaille pour nous parce que nous travaillons pour elle. Un exemple concret est lorsque les animaux se chargent du désherbage dans les jardins, nous évitant ainsi ces tâches fastidieuses.

5. Des résultats plus respectueux

Les systèmes utilisés pour cultiver des aliments dans ce contexte respectent la nature en n'employant que des éléments organiques et naturels, tels que l'eau pure et l'air frais. Aucun produit chimique toxique n'est ajouté pour éviter toute pollution du système. Cette approche permet de nettoyer la terre progressivement et en douceur.

Les principes fondamentaux de la permaculture​
W. Keirse 3 juillet 2024
Partager cet article
Archive
Le zonage en permaculture
Observation et analyse de votre lieu pour dépenser moins d' énergie