Différences entre l'agriculture biologique et la permaculture

Comment la permaculture est-elle liée à l'agriculture biologique ?

Bien que très proches, la permaculture et l'agriculture biologique ont des points de vue différents en ce qui concerne l'utilisation de l'énergie et la conception des systèmes agricoles.

Dans cet article, nous explorerons les différences entre la permaculture et l'agriculture biologique, et nous verrons comment les deux approches peuvent se compléter pour créer des systèmes agricoles plus durables et plus respectueux de l'environnement.

Alors, installez-vous confortablement et répondons ensemble à cette question : quelles sont les différences entre l’agriculture biologique et la permaculture ?

Un même objectif mais des flux d'énergie différents

Tant la permaculture que l'agriculture biologique ont pour but de respecter la nature et de produire des aliments sains pour les consommateurs. Cependant, la permaculture va plus loin en cherchant à concevoir des systèmes agricoles qui fonctionnent en harmonie avec l'écosystème naturel, optimisant ainsi sa capacité à produire de manière durable.

En agriculture biologique, les agriculteurs utilisent des pratiques respectueuses de l'environnement, comme la gestion des sols et l'utilisation d'engrais naturels, afin de favoriser la santé des sols et des cultures. Ils peuvent également utiliser des méthodes de compostage pour recycler les déchets végétaux et utiliser des animaux pour fournir de l'engrais et contrôler les parasites.

Cependant, la permaculture se distingue de l'agriculture biologique par une approche plus consciente et planifiée pour maximiser l'abondance de la nature. La permaculture implique de créer des systèmes agricoles complets et interconnectés, qui utilisent de manière efficace tous les éléments du système pour créer une production agricole durable et régénérative. Les permaculteurs cherchent à imiter les modèles naturels et à créer des systèmes agricoles fermés, qui ne produisent pas de déchets et qui fonctionnent en harmonie avec l'environnement.

Permaculture = conception

​Une approche basée sur la conception peut être utilisée pour répondre aux besoins de notre société tout en préservant l'environnement. Cette approche implique l'utilisation des énergies naturelles, la réduction et la réutilisation des déchets, ainsi que l'implication et la responsabilisation des personnes. La permaculture est une discipline scientifique qui vise à créer des systèmes fermés pour répondre aux besoins de notre société en matière d'alimentation, de vêtements, de transport et d'éducation. Des experts internationalement reconnus en agriculture permaculturelle, tels que Darren DohertyRosemary Morrow et Mark Shepard, ont été sollicités dans le monde entier pour repenser les exploitations agricoles.

Le projet Chikukwa au Zimbabwe est un exemple remarquable de la façon dont la permaculture peut être utilisée pour créer des pratiques agricoles durables. Les méthodes utilisées sur cette ferme permettent d'optimiser la production tout en réduisant l'impact sur l'environnement. En utilisant des pratiques telles que la rotation des cultures, l'agroforesterie, la compostage et la gestion de l'eau, la ferme de Chikukwa a réussi à créer un système fermé où les déchets sont réutilisés, les sols sont fertilisés naturellement, et les besoins de la communauté locale sont satisfaits. Cette ferme est un exemple inspirant de la façon dont les pratiques agricoles durables peuvent être mises en œuvre avec succès pour répondre aux besoins de la société tout en préservant l'environnement.


Photo d'un design en permaculture

Production en cycle fermé et production à flux ouvert

Dans un environnement totalement clos, tel que le vide ou l'espace, l'énergie ne se perd jamais car elle est simplement transférée d'un élément à un autre. En revanche, dans un système en permaculture, qui n'est pas conçu pour être complètement clos, il est important de maximiser l'utilisation efficace de l'énergie et des ressources, de manière à ce qu'elles soient réutilisées autant que possible avant de sortir du système.

Les fermes ont souvent tendance à exporter les nutriments vers les marchés extérieurs, ce qui rend indispensable la régénération constante du sol grâce à de bonnes pratiques agricoles et à l'importation de ressources. Toutefois, il est crucial de promouvoir des systèmes permacoles qui permettent aux individus de produire localement ce dont ils ont besoin et de réutiliser les déchets sur place, afin de minimiser la dépendance envers les ressources externes. Cela peut être accompli par la création de systèmes agricoles holistiques qui s'inspirent des processus naturels et qui sont adaptés aux conditions environnementales locales.

En utilisant des méthodes permacoles telles que la rotation des cultures, la culture intercalaire, la plantation de haies, la gestion de l'eau et le développement d'un sol vivant, les agriculteurs peuvent produire des aliments de manière durable tout en préservant les ressources naturelles. Les systèmes permacoles peuvent également inclure des éléments tels que des serres, des animaux de ferme, des arbres fruitiers, des plantes médicinales et des habitats naturels pour la faune sauvage, ce qui peut aider à créer une biodiversité locale et à renforcer la résilience, grâce à la polyculture, du système dans son ensemble.

Main dans la main

Bien que la permaculture et l'agriculture biologique diffèrent culturellement, elles sont deux approches agricoles qui peuvent se compléter. La permaculture met l'accent sur la conception en utilisant les principes de la nature pour réaliser une grande partie du travail agricole en minimisant l'utilisation de ressources non renouvelables. Les techniques telles que la gravité pour déplacer l'eau, les brise-vent pour réduire les pertes d'eau et le terrassement pour stocker les nutriments, permettent aux agriculteurs de travailler avec la nature plutôt que contre elle. En utilisant des techniques de culture en bandes, les agriculteurs peuvent cultiver une variété de produits à proximité, créant ainsi des écosystèmes sains et équilibrés.

En outre, la permaculture encourage l'utilisation de techniques telles que la rotation des cultures, la gestion de la fertilité du sol et la culture de plantes compagnes pour améliorer la santé du sol et augmenter la biodiversité. Les agriculteurs peuvent également utiliser des pratiques de compostage, de paillage et de couverture pour améliorer la qualité du sol et réduire les besoins en eau.

L'agriculture biologique, quant à elle, se concentre sur l'utilisation de pratiques agricoles qui annulent l'utilisation de produits chimiques synthétiques et favorisent la santé des sols et des écosystèmes. Les deux approches sont donc complémentaires, car elles visent toutes deux à produire des aliments de haute qualité tout en préservant la santé de la planète.

En fin de compte, la permaculture et l'agriculture biologique sont des approches agricoles durables qui permettent aux agriculteurs de travailler en harmonie avec la nature. En combinant les principes de ces deux approches, les agriculteurs peuvent créer des systèmes agricoles résilients et productifs qui répondent aux besoins de la société tout en préservant la planète pour les générations futures. 

Quand la permaculture n'est-elle pas bio ? 

Si les agriculteurs qui pratiquent la permaculture emploient des matériaux non-biologiques, ils ne peuvent pas se faire considérer comme des agriculteurs biologiques. Cependant, pour réduire les coûts énergétiques, ils peuvent opter pour le recyclage des ressources non certifiées plutôt que d'importer des matériaux biologiques de loin. Il est important de noter que certains projets permacoles ont pour objectif de réhabiliter des sites pollués, ce qui peut ne pas être en conformité avec les normes biologiques. Néanmoins, les intrants utilisés sont souvent des déchets locaux provenant d'élevages ou d'entreprises de tonte de pelouse, qui sont traités à l'aide de processus tels que le compostage thermique et des filtres pour éliminer les toxines. Bien que l'utilisation de fournitures biologiques soit préférable, les avantages sociaux et les coûts de transport élevés peuvent justifier l'utilisation de matériaux non-certifiés ou risqués, en privilégiant les sources locales. En effet, il est crucial de considérer les impacts environnementaux, économiques et sociaux de chaque choix de matériaux, afin de parvenir à une solution durable et cohérente. De plus, la permaculture vise souvent à créer des écosystèmes autonomes et résilients, où les intrants externes sont minimisés au maximum. Dans ce sens, l'utilisation de matériaux non-biologiques peut être considérée comme une solution temporaire, en attendant de pouvoir créer des systèmes autosuffisants et durables.

Systèmes de production alimentaire fermés et ouverts 

Dans toutes les formes d'agriculture, y compris l'agriculture biologique, une quantité considérable de minéraux est perdue chaque fois qu'un camion transporte des produits jusqu'au marché. Pour résoudre ce problème, la permaculture vise à fermer le cycle des nutriments en réintégrant les déchets dans le cycle. Cependant, cette approche peut être difficile à mettre en œuvre pour les fermes éloignées des centres urbains. Pour surmonter ce défi, il est possible d'adopter plusieurs stratégies.

L' une de ces stratégies consiste à investir dans les personnes plutôt que dans les machines et à encourager les fermes à ouvrir. En effet, plutôt que d'investir dans des machines coûteuses pour traiter les déchets et les transporter vers les fermes, il est plus efficace de former les personnes à la gestion des déchets et à la réintégration des nutriments dans le cycle. Cela peut inclure la mise en place de programmes de formation, d'ateliers et de visites de fermes pour sensibiliser les agriculteurs et les citoyens aux pratiques permacoles.

Une autre stratégie consiste à ramener l'agriculture dans les villes en cultivant des aliments sur des terrains inexploités. En effet, de nombreux espaces urbains tels que les toits, les parcs et les places publiques peuvent être utilisés pour la production d'aliments locaux et frais. Cette pratique permet de réduire les coûts énergétiques liés au transport, au stockage et à l'emballage des aliments en les produisant là où les gens se trouvent.

Enfin, dans l'idéal, la permaculture permettrait de cultiver des aliments dans les rues, les jardins, les balcons et les cuisines des villes, en créant ainsi des oasis de verdure et de biodiversité dans les zones urbaines. Cela nécessite une collaboration entre les autorités locales, les citoyens et les agriculteurs pour repenser l'aménagement urbain et encourager la production alimentaire locale. En somme, la permaculture offre une solution prometteuse pour réduire les pertes de minéraux dans l'agriculture tout en encourageant une production alimentaire plus durable et plus accessible. 


Photo de la ceuillette de pommes

Le mode de vie intégré de la permaculture

Le jardin en permaculture est bien plus qu'un simple jardin biologique axé sur la production alimentaire. C'est un système écologique qui vise à créer un écosystème durable et productif, tout en minimisant les impacts négatifs sur l'environnement. Les jardins en permaculture s'efforcent de fermer la boucle des engrais en utilisant des déchets organiques, tels que les feuilles mortes, pour enrichir le sol et réduire la dépendance aux intrants externes.

Un aspect clé de la permaculture est sa responsabilité envers l'environnement. Les jardins en permaculture visent à minimiser leur empreinte écologique en évitant la pollution des sols et des eaux environnants. Les jardiniers en permaculture cherchent à ne pas libérer d'excès d'azote dans les cours d'eau, et évitent la dissémination de graines de mauvaises herbes dans les écosystèmes environnants.

Les jardins en permaculture sont également conçus pour minimiser le travail manuel et l'apport d'énergie externe. Les permaculteurs sont motivés par la réduction de leur empreinte écologique et le développement d'un mode de vie sain et durable. Ils recherchent également une diversité de produits et une variété dans leur travail, qui garde les gens engagés et enthousiastes à l'idée de cultiver des aliments. La permaculture doit être accessible à toutes les personnes, indépendamment de leur âge ou de leur capacité physique.

Les jardins en permaculture visent à imiter la nature autant que possible, en maximisant l'utilisation de l'eau, du soleil et d'autres énergies naturelles, telles que le vent, la poussière et les feuilles mortes. Dans les jardins en permaculture, le sol est rarement nu, la conservation du sol et de l'eau est une priorité élevée, et les plantes sont intercalées pour la lutte antiparasitaire. Les plantes sont autorisées à monter en graine, ce qui stimule la biodiversité et encourage la pollinisation.

Enfin, un aspect important de la permaculture est sa capacité à fournir un habitat pour les humains et les animaux. Les jardins en permaculture offrent des aliments nutritifs et un environnement sain pour toutes les espèces, tout en favorisant la biodiversité et la durabilité à long terme.

Pourquoi chaque conception en permaculture a-t-elle un aspect différent ?

Chaque projet de conception est véritablement unique, car il est spécialement créé pour s'adapter harmonieusement au paysage environnant. Chaque élément de conception, qu'il s'agisse , des bâtiments, de sentiers, de réservoirs, d'étangs, de jardins intensifs ou d'espèces alimentaires de la forêt, est soigneusement sélectionné pour répondre aux besoins locaux, tandis que sa taille est ajustée pour convenir aux particularités du sol et des microclimats présents sur place. 

L'emplacement de chaque élément de conception est choisi avec soin en fonction des énergies naturelles disponibles, telles que la gravité, le vent, la sédimentation et l'eau, afin de favoriser une connexion productive et durable avec l'environnement environnant.

L'objectif est de créer un écosystème vivant, où chaque élément contribue à la prospérité de l'ensemble. Les jardins intensifs et les espèces alimentaires de la forêt sont soigneusement choisis pour s'adapter aux conditions locales, tandis que les bâtiments sont conçus pour maximiser l'efficacité énergétique et minimiser l'impact environnemental.

En somme, chaque projet de conception est une œuvre d'art unique qui reflète l'harmonie entre les besoins de l'homme et les ressources naturelles de l'environnement.

En conclusion, quelle est la différence entre l’agriculture biologique et la permaculture ? 

Fondamentalement, la permaculture représente une approche plus holistique de l'agriculture biologique en intégrant des pratiques de jardinage et d’agriculture biologiques, mais elle ne s'y limite pas. Elle vise à créer un mode de vie durable qui minimise l'impact de l'homme sur l'environnement en harmonisant les relations entre les êtres vivants et leur habitat naturel.

Contrairement à l'agriculture biologique, qui se concentre principalement sur l'utilisation d'engrais naturels et la gestion de la santé des sols, la permaculture adopte une approche plus systémique en utilisant la nature comme modèle et en cherchant à fermer le cycle de l'énergie et maximiser l'abondance de la nature. Ainsi, la permaculture encourage l'utilisation de méthodes telles que l'agroforesterie, la culture en polyculture, la gestion des eaux pluviales, l'utilisation de plantes de compagnie et l'intégration des animaux pour créer des écosystèmes plus résilients.

En permaculture, la production alimentaire est conçue de manière à rapprocher les consommateurs des producteurs. Cela permet de réduire l'impact environnemental de la production alimentaire en évitant le gaspillage d'énergie associé au transport des aliments sur de longues distances. De plus, la permaculture vise à intégrer les déchets des consommateurs dans le cycle, ce qui permet de produire de l'engrais naturel et de réduire la quantité de déchets envoyée en décharge.

En résumé, la permaculture représente une approche plus consciente et planifiée de l'agriculture biologique, qui vise à maximiser l'abondance de la nature tout en minimisant l'impact de l'homme sur l'environnement. Elle offre une alternative durable et viable à l'agriculture conventionnelle en créant des écosystèmes agricoles plus résilients et en rapprochant la production alimentaire des consommateurs.


Photo d'une cabane de jardin


Différences entre l'agriculture biologique et la permaculture
W. Keirse 3 juillet 2024
Partager cet article
Archive
Créer un jardin-forêt sur une petite surface
Découvrez nos conseils pour produire vous aussi en abondance sur une petite surface !