Récolter et stocker ses graines : mode d'emploi

Rédaction Atmosvert

La permaculture, appliquée au jardin, vise à créer un écosystème durable et équilibré. Dans cette optique, et si votre objectif est de produire de façon à atteindre une certaine autosuffisance, produire vos propres semences fait partie du processus.


En effet, si vous cultivez des plantes potagères annuelles ou bisannuelles, savoir récolter et stocker leurs graines vous permettra d’en éviter le rachat l’année suivante mais surtout avoir une essence adaptée à votre lieu. Vous pouvez également, par cette méthode, multiplier vos espèces vivaces, de la plante herbacée à l’arbre.

En adoptant les bonnes pratiques, la méthode apparaît très simple et même ludique, à faire avec les enfants, qui découvrent ainsi le cycle complet des plantes.Comment récolter vos propres graines et réaliser vos propres semences ? Nous vous livrons le mode d’emploi !


Pourquoi récolter vos propres graines ?

Vous connaissez notre philosophie : créer des écosystèmes abondants, durables et résilients passe, selon nous, par le jardin-forêt et la plantation de vivaces. 

Haies fruitières, légumes vivaces… la forêt comestible représente ainsi  l’ultime système agroécologique, celui qui deviendra incontournable pour récolter en abondance tout en prenant soin de soi et la terre, malgré le changement climatique.


 
 
 

Un potager perpétuel, composé de légumes vivaces, vous demandera moins d’énergie pour des récoltes abondantes qui se renouvellent chaque année.


Toutefois, si vous souhaitez diversifier votre production et réservez une partie de votre lieu à la culture de légumes annuels, vous pouvez en profiter pour produire vos propres semences pour l’année suivante, en récoltant les graines.


Vous pouvez aussi recueillir des graines pour multiplier vos plants vivaces à moindre coût. Il vous faudra peut-être selon l’espèce passer par l’étape de la stratification avant de pouvoir semer.


Comment récolter vos graines ?

Voici quelques conseils avant de vous lancer.

Choisissez des semences fertiles 

Il est primordial que vos plantes soient issues de semences résistantes, adaptées à votre région. Chaque graine porte en elle le patrimoine génétique de sa « lignée ». Évitez les graines portant la mention F1, que l’on retrouve fréquemment : il s’agit de variétés hybrides, certes à haut rendement, mais prévues pour une année de production, non reproductibles. Issues d’un croisement entre deux variétés, vous risqueriez alors de vous retrouver avec des plantes dont les caractéristiques diffèrent complètement de celles que vous aviez alors. Les espèces anciennes sont, elles, stables, souvent plus vitaminées, et surtout fertiles.

Sélectionnez vos porte-graines

Repérez vos porte-graines : choisissez des plants vigoureux, ceux qui produisent des fruits dont vous appréciez les qualités gustatives… Vous sélectionnerez également les plus beaux et les plus gros fruits qui contiennent les graines. Gardez en tête que de la qualité des graines dépendra la vigueur et la qualité des plants futurs.

Odoo • Texte et Image

Prenez garde aux croisements

Certaines espèces végétales se croisent facilement ! Si vous ne prenez pas certaines précautions, elles pourraient donner lieu à des variétés hybrides dont les caractéristiques seraient bien éloignées de celles que vous recherchez. C’est le cas des cucurbitacées, qu’il convient de reproduire manuellement.

Récoltez les graines au bon moment

La meilleure période pour récolter les graines est la fin de l’été. La plante aura ainsi accompli son cycle de vie complet : graine - plant - floraison - graines.

Certaines espèces se ressèment toute seule ! C’est le cas de la mâche, de la roquette, du souci… Au sein de votre potager en permaculture ou de votre jardin-forêt, vous n’aurez plus qu’à observer et les repérer les années suivantes pour les récolter.

Récolter et stocker ses graines en pratique

  • Pour les graines contenues dans les fruits, la récolte s’effectuera en fin d’été, lorsque les fruits sélectionnés auront atteint leur pleine maturité. Récoltez les graines, passez-les sous l’eau dans un tamis, puis faites-les sécher à l’air libre étalées sur du une surface plane éventuellement recouverte de papier sulfurisé. Une fois bien sèches, vous pourrez les conserver à l’abri de la lumière, dans une enveloppe par exemple, sur laquelle vous noterez le nom et l’année de la récolte. Pour les haricots et les pois, laissez les gousses mûrir jusqu’à ce qu’elles brunissent, puis écossez-les et conservez-les dans des bacs ou des corbeilles, à l’air libre (attention à ce que vos contenants ne soient pas en bois aggloméré, dont le formaldéhyde pourrait stériliser vos graines).

  • Pour les plantes qui montent en graines, comme les salades, attendez que les porte-graines sélectionnés aient achevé leur cycle - lorsqu'elles commencent à faner par exemple - pour faire votre récolte. Certaines plantes ne donnent des graines qu’en deuxième année : c’est le cas du fenouil, de l’arroche des jardins, de l’endive, de la roquette...

  • Le cas de la tomate : récupérez la pulpe à la cuillère des fruits les plus gros et les plus beaux. Mettez-la dans un contenant, avec un peu d’eau, recouvert d’un film percé, et laissez ainsi fermenter pendant quelques jours, en remuant tous les soirs. La fermentation tue alors les éventuelles maladies. Ensuite, après avoir retiré la couche flottante fermentée, vous pourrez rincer les graines à l’eau et les faire sécher sur du papier sulfurisé (évitez le papier absorbant, elles risquent de s’y coller). Une fois sèches, stockez-les dans des enveloppes, avec leur nom et l’année de récolte.



Que ce soit pour votre propre usage ou pour les offrir à vos voisins ou vos proches, récolter des graine est très gratifiant, et une façon très ludique de comprendre le cycle des plantes. Semez l’abondance !