Connaître la nature de son sol : structure, texture et PH

Rédaction Atmosvert

Vous avez une parcelle de terrain et souhaitez y installer un potager, un jardin fleuri ou encore une forêt-jardin ? Quel que soit votre projet, connaître la structure et la texture de votre sol est indispensable pour savoir quelles plantes adaptées y installer et quelles techniques de culture utiliser. Il s'agit donc d'un paramètre majeur à prendre en compte dans votre design en permaculture.

Sol argileux, limoneux ou sableux, terre calcaire ou acide… Vous voulez savoir comment connaître la nature de votre sol ? Je vous livre quelques astuces !

Les différents types de sol

Un sol se définit par sa composition granulométrique (sa texture), son PH et sa teneur en carbonate de calcium. Chaque sol présente des avantages et des inconvénients. 

Sol argileux

Les particules argileuses sont les plus petites, par rapport à celles composant le sable et le limon. Lorsqu’elles représentent plus de 25 % de la structure d’un sol, il est considéré comme étant argileux. Lourde et compacte, la terre est de couleur brune, plus ou moins foncée. Elle est dure et a tendance à se fendiller en cas de sécheresse ; elle devient en revanche collante lorsqu’elle est humide. Ses avantages principaux sont qu'elle retient bien l’eau et les matières organiques. Par contre, elle est difficile à travailler et se réchauffe lentement. 

Sol limoneux

Un sol limoneux est un stade intermédiaire entre l’argile et le sable. La terre se travaille facilement et retient l'eau et les éléments nutritifs de manière satisfaisante. Par contre, il est sensible à la battance (tassement lié aux pluies et aux piétinements). C'est une terre idéale pour les cultures potagères et les arbres fruitiers.

Sol sableux

Un sol sableux est un sol léger, qui contient plus de 70 % de sable, les particules les plus grossières. La terre est drainante et se réchauffe rapidement. En revanche, elle retient difficilement l’eau et les nutriments, et sèche facilement.

Sol calcaire

Un sol est dit calcaire lorsqu’il contient plus de 13 % de carbonate de calcium. La terre est de couleur claire, et de consistance sèche et friable. Très drainante, sa qualité dépend de sa teneur en humus.

Sol humifère

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une terre riche en humus, d’aspect noir et spongieux, dont le PH est assez acide, inférieur à 6,6. Si une terre pauvre et acide est peu fertile, la terre humifère n’a quant à elle pas besoin d’être corrigée au niveau de son acidité.


À noter qu’un sol contient des proportions variables des différents éléments cités. On trouve ainsi des sols sablo-limoneux, ou argilo-calcaire, etc. Si vous résidez en France, vous trouverez sur le site Géoportail une carte des sols qui pourra vous donner des premières informations et tendances de votre lieu.


Pour une étude plus poussée et personnalisée, une analyse chimique est possible mais onéreuse ; quelques astuces simples peuvent vous aider à déterminer la composition de votre sol dans les grandes lignes.

Les plantes bio-indicatrices : de précieuses alliées pour connaître la nature de votre sol 

Le sol est un réservoir de graines, qui éclosent quand les conditions y sont favorables. Des plantes dites pionnières poussent ainsi naturellement sur votre terrain, sans intervention de votre part, durant la première phase de la succession écologique, c’est-à-dire de l’évolution d’un milieu naturel au cours du temps. Souvent qualifiées - à tort - de « mauvaises herbes », leur présence vise en réalité à corriger un déséquilibre. Les repérer peut ainsi vous aider dans votre démarche.


Comme toujours en permaculture, observer et analyser votre terrain à l’état naturel est la première étape pour vous aider à déterminer le type de votre sol. Voici les espèces végétales que vous pourrez observer.

  • Sol argileux : pâquerette, bouton d’or, moutarde des champs, liseron, chardon, renouée persicaire, grandes prêle, agrostis rampant…

  • Sol sableux : morelle noire, mouron des oiseaux, chiendent, anthémis des champs, mauve sylvestre, armoise commune…

  • Sol acide : bruyère, fougère, genêt à balais, digitale pourpre, rumex à feuilles obtuses, petite oseille, camomille romaine, châtaignier…

  • Sol calcaire : ellébore, moutarde des champs, coquelicot, bleuet, verveine officinale, sureau, sorbier, cerisier, orme...

Sol argileux, limoneux ou sableux ?

Voici quelques astuces pour affiner votre diagnostic quant à la nature de votre sol. Ces petites expériences sont, de surcroît, très ludiques et plaisent beaucoup aux enfants !

Test de la pâte à tarte

Prenez une poignée de terre humide et étalez-la en la roulant comme une pâte à tarte, avec un rouleau à pâtisserie ou une bouteille, jusqu’à ce qu’elle commence à se briser.

Mesurez ensuite l’épaisseur de votre pâte :

  • moins de 3 mm : votre sol est argileux ;

  • entre 3 et 5 mm : votre sol est limoneux ;

  • la pâte se brise dès que vous cherchez à l’étaler : votre sol est sableux.


 

Test de la bouteille

 

Remplissez une bouteille ou un bocal en verre à moitié de votre terre. Selon la taille de votre terrain, vous pouvez faire ce test à plusieurs endroits de votre jardin.

Complétez avec de l’eau claire, mélangez puis secouez énergiquement la bouteille pendant 3 minutes. Laissez reposer une heure, puis secouez de nouveau pendant 3 mn. Laissez reposer pendant 24 heures (plus si l'eau est encore trouble).

Au bout de ce temps, les différentes couches des éléments de votre terre seront visibles, par décantation.

De bas en haut, vous pourrez observer : sable, limon, argile et matières organiques flottant sur le dessus. Vous pouvez ainsi évaluer les différentes proportions en mesurant l'épaisseur de chaque couche rapportée à la hauteur totale de la terre. Si vous les reportez dans un triangle des textures, vous connaîtrez dans les grandes lignes la structure de votre sol.


test-bouteille-nature-sol

Sol acide, neutre ou calcaire ?

Connaître le degré d’acidité du sol est important car certaines plantes supportent mal les terres acides, d’autres craignent le calcaire…

Un sol est dit acide si son PH est inférieur à 7, neutre s’il est à 7 et alcalin, ou basique, s’il est supérieur à 7. 

Un terre idéale se rapproche de la neutralité afin de pouvoir accueillir la plupart des cultures.

Un sol acide, surtout s’il est pauvre, a une faible activité biologique et une incidence sur la croissance des plantes ; il peut aussi être facteur de maladies.


Des tests de mesure du PH sont vendus en jardineries ou magasins spécialisés, sous forme de bandelettes. Toutefois, vous pouvez, avec des ingrédients simples, en faire vous-même l’expérience.

Test du vinaigre

Versez un peu de vinaigre blanc sur une poignée de votre terre de jardin et observez :

  • une réaction effervescente apparaît : la terre est calcaire ;

  • la réaction se produit mais faiblement : la terre approche de la neutralité ;

  • vous n’observez aucune réaction : votre sol est soit neutre, soit acide, le test suivant va vous permettre de le préciser.

Test du bicarbonate

Mélangez une poignée de terre avec un peu d’eau déminéralisée, puis saupoudrez de bicarbonate de soude.

Vous observez une réaction ? Votre terre est acide !

Grâce à ces astuces et à l’observation de votre terrain, vous devez dorénavant être en mesure de déterminer la nature de votre sol. Rassurez-vous, il est possible de corriger en partie certains déséquilibres, nous en parlerons dans un autre article…N’hésitez pas d’ici là à nous partager vos expériences !