Les plantes médicinales en jardin-forêt

Rédaction Atmosvert

Les plantes médicinales sont utilisées depuis longtemps pour soulager les petits maux. Mais ce ne sont pas là leurs seules qualités !

Elles sont en effet, pour la plupart, d’excellentes plantes compagnes, dont il serait dommage de priver de leurs vertus les autres espèces de votre jardin-forêt.

Découvrez les secrets de ces plantes aux multiples facettes !

Les plantes médicinales : de multiples bienfaits

Depuis des millénaires, les hommes utilisent des plantes pour se soigner. Au Moyen-Âge, les plantes médicinales étaient cultivées dans les jardins des monastères. Appelées « les simples », elles ont fait leurs preuves pour soulager les maux les plus divers grâce à leurs propriétés anti-inflammatoires, digestives, sédatives…

Ces jardins de curé étaient organisés en carrés ou en rectangles bordés de buis ou de plessis, les plantes étant regroupées en fonction de leurs usages pour des raisons pratiques.

Toutefois, les médicinales possèdent également bien d’autres propriétés en tant que plantes compagnes au sein de guildes végétales. Il serait dommage de vous en priver si vous projetez de créer un jardin forêt ! Elles trouveront donc plus naturellement leur place au sein de votre écosystème. 

Par exemple, certaines d’entre elles sont :

  • des accumulateurs dynamiques, qui ont la capacité de capter des nutriments difficiles d’accès et de les redistribuer : consoude, pimprenelle, mélisse officinale…

  • mellifères, qui attirent les pollinisateurs : bourrache, lierre, lavande, achillée millefeuille, mélisse officinale…

  • répulsives, capables de repousser les ravageurs : tanaisie, ail, ciboulette, menthe, absinthe, citronnelle…

  • des plantes « mulcheuses », capables de produire une quantité abondante de biomasse pouvant être fauchée pour pailler le sol : rhubarbe, consoude…

  • des plantes-hôtes à insectes : sureau, bourrache, tanaisie…

Certains végétaux multiplient ainsi les fonction écologiques, en plus de leurs propriétés médicinales et/ou aromatiques. Vous avez donc tout intérêt à les intégrer dans votre jardin-forêt, et de les cueillir selon vos besoins.

Intégrer des plantes médicinales dans un jardin-forêt

Choix des espèces végétales

Le premier critère à prendre en compte dans le choix des plantes que vous installerez est bien évidemment leurs capacités à répondre à vos besoins et à ceux de votre famille. Problèmes de digestion, de sommeil, stress…


Ensuite, comme pour toutes vos plantations en permaculture, choisissez des plantes adaptées à la nature de votre sol et à votre climat : inutile de se battre contre la nature, il existe des plantes qui s’épanouiront chez vous !

On distingue ainsi des plantes médicinales pour zones humides (angélique, guimauve, valériane…) et pour zones sèches (absinthe, bourrache, hysope…) Ces dernières ont de faibles besoins en eau et s’épanouissent même en cas de longues périodes de sécheresse, par ailleurs de plus en plus fréquentes avec le réchauffement climatique.


Odoo • Texte et Image

Récolter et stocker

Fleurs, graines, feuilles ou racines, les parties des plantes à récolter dépendent de l’espèce et/ou de l’usage que vous souhaitez en faire.

Dans tous les cas, récolter et stocker vos récoltes demande quelques précautions.

  • Procédez au séchage de vos plantes juste après la récolte, ne les laissez pas entassées dans un panier au risque qu’elles fermentent.

  • Étalez-les en une couche dans une pièce ventilée, à l’abri de la lumière, pendant quelques jours. Vous pouvez également utiliser un déshydrateur.

  • Ensuite, conservez-les dans des bocaux hermétiquement fermés, pour éviter le risque de développement de moisissures, et consommez-les dans l’année. N’oubliez pas d’étiqueter vos récipients avec le nom de la plante et la date de récolte.

Quelques plantes médicinales incroyables

Voici quelques plantes incontournables. Attention, il s’agit d’une liste non-exhaustive et de suggestions de plantes médicinales à intégrer et de leurs usages les plus courants. N’hésitez pas à consulter un naturopathe, un herboriste ou à vous informer plus en détails avant de les utiliser pour soulager vos petits maux !

Angélique officinale - Angelica archangelica

Cette majestueuse bisannuelle - elle atteint 1 à 2,5 m de haut - égaye les coins sombres ou semi-ombragés du jardin grâce à ses jolies ombelles jaunes de la fin du printemps à l’été. 

Vertus médicinales : elle améliore la digestion, et est antispasmodique, tonique et apéritive. 

Fonctions écologiques : ses fleurs sont très mellifères et attirent les pollinisateurs.

Consoude - Symphytum officinale

Voilà une plante herbacée « tout-en-un », qui multiplie les qualités ! En effet, cette vivace, dont la famille comporte plusieurs espèces de couleurs et de hauteur différentes, est comestible (jeunes pousses et feuilles cuites), mais ce n’est pas tout !

Vertus médicinales : elle est cicatrisante. En effet, la consoude possède de l’allantoïne, une substance qui stimule la multiplication cellulaire. Ses racines, séchées, soulagent également les ecchymoses, les douleurs articulaires ou musculaires. Elles ont de surcroît des propriétés adoucissantes, astringentes et émollientes.

Fonctions écologiques : très mellifère - sa floraison longue, de mai à octobre - attire les abeilles, la consoude est également un accumulateur dynamique, un couvre-sol efficace et une plante « mulcheuse », pouvant produire de la biomasse en abondance pour pailler le sol de votre jardin.

De plus, vous pouvez tirer profit de ses propriétés cicatrisantes et stimulantes en confectionnant des traitements naturels (purins, décoctions…) à base de consoude.

Une indispensable !

Petite pimprenelle - Sanguisorba minor

Cette petite herbacée peu exigeante se rencontre fréquemment dans les prairies sèches. Très riche en vitamine C, elle s’utilise comme aromate dans des salades, omelettes et autres préparations chaudes. Sa saveur surprenante évoque la noix verte.

Vertus médicinales : comme son nom latin l’évoque, elle ralentit ou stoppe les hémorragies, internes ou externes ; ainsi elle peut aider à cicatriser des petites plaies, des brûlures, soulager les hémorroïdes… Elle possède des propriétés astringentes, anti-âge, anti-inflammatoires, ou encore digestives (décoction de racines ou une infusion forte de feuilles).

Fonctions écologiques : excellent couvre-sol, qu’elle protège de l’érosion.

Sauge officinale - Salvia officinalis

Cette herbacée haute est une aromatique très rustique (- 35°C). Si elle préfère les sols frais, elle tolère très bien la sécheresse. Ses feuilles, persistantes, agrémentent les plats chauds.

Vertus médicinales : astringente et antiseptique, elle calme les maux de gorge. Elle est également anti-inflammatoire et fébrifuge (fait baisser la fièvre).

Fonctions écologiques : très mellifère, elle accompagne les pêchers et les protège de la cloque du pêcher. Elle est également couvre-sol et repousse les insectes qui dévorent les tubercules.

Sauge
Consoude
Petite pimprenelle
Angélique

Ainsi, les plantes médicinales trouvent leur place aisément au sein d’un jardin-forêt, faisant profiter les hommes et les autres plantes de leurs multiples bienfaits. Vous pouvez ainsi les associer aux autres plantes pour former des guildes végétales efficaces. 


Découvrez notre sélection de médicinales