L'aquaponie : un système efficace en permaculture

Rédaction Atmosvert

Connaissez-vous l'aquaponie ? Il s'agit d'une technique de culture hors-sol utilisée depuis des millénaires, associant la culture de plantes et l'élevage de poissons, dont les déjections servent d’engrais. Un système incroyablement efficace en permaculture, qui peut vous amener plus loin sur le chemin de l'autonomie alimentaire. Cela vous intrigue ? Découvrez cette méthode et ses nombreux avantages !

Qu’est-ce que l’aquaponie ?

Le terme « aquaponie » est la contraction du mot « aquaculture », l’élevage de poissons, et de « hydroponie », une technique de production hors-sol. Il s’agit donc d’une méthode de culture réalisée sur un substrat irrigué par un circuit d’eau fermé. L’aquaponie permet à la fois l'élevage de poissons et une culture végétale redoutablement efficace. Pourquoi ?

Cette technique reproduit en fait ce qu’il se passe dans la nature : les déjections des poissons sont dégradées par des bactéries, qui deviennent alors assimilables par les plantes. L’aquaponie met ainsi en place le cycle de l’azote :

  • les poissons rejettent dans l’eau leurs excréments, composés d’urée et d’ammoniac ;

  • l’eau du bassin passe par un bac rempli de billes d’argile, un biofiltre, contenant des bactéries qui vont transformer l’ammoniac en nitrites puis en nitrates, recherchés par les végétaux ;

  • les plantes profitent de cette eau chargée en minéraux, qui en ressort purifiée et peut repartir aux poissons.

Le cycle peut être encore plus complet si les déchets des végétaux produits (épluchures de légumes, etc.) sont compostés, les vers du compost pouvant également nourrir les poissons. L’aquaponie est donc une association symbiotique entre poissons, plantes et bactéries.

Quels sont les avantages de l'aquaponie en permaculture ?

L’aquaponie présente de nombreux avantages. Elle permet de produire non seulement des cultures végétales, mais aussi de satisfaire vos besoins en protéines animales, augmentant ainsi votre autonomie alimentaire.


  • Un système aquaponique est économe en eau et en énergie, très productif, et ce, sans gaspillage.

  • Cette technique est rapide à mettre en place et nécessite peu de temps, ce qui permet même aux personnes très occupées d’accéder à la production de nourriture sur leur lieu. En effet, une petite visite quotidienne pour nourrir les poissons, s’assurer que l’eau circule et faire vos récoltes, suffisent. Loin d’être une corvée, ce peut être une petite routine relaxante, agréable et même très ludique pour les enfants !

  • Élever du poisson vous permet donc de produire des protéines animales. Contrairement à l’élevage de volailles, ces derniers ne sont pas bruyants, les poissons ne chantant pas comme le coq à 5 h du matin (avantage non négligeable en milieu urbain ou péri-urbain). L’aquaculture pose également moins de problèmes sanitaires : les poissons sont des animaux à sang froid, peu atteints par les parasites et les maladies. Enfin, vous maîtrisez les conditions d’élevage de vos poissons, ce qui vous permet de consommer local et frais, tout en étant informé. Belle solution quand, de nos jours, manger du poisson est devenu presque anti-écologique à cause des techniques de pêche, d’élevage, de la pollution… 

  • Grâce à l’eau chargée de nutriments, les végétaux se développent très vite au niveau racinaire. L’aquaponie se prête à tous types de cultures : productions légumières (en particulier les légumes feuilles), ou fruitières, mais c’est aussi un formidable accélérateur de bouturage des espèces ligneuses !


Ainsi, l’aquaponie peut être réalisée en complément d’un jardin potager en permaculture, ou d’un jardin-forêt, mais également être une solution dans des lieux non fertiles ou dont le sol est pollué. Cette culture hors-sol vous permet ainsi de produire en abondance, pendant que le sol est travaillé, par exemple. Elle répond aussi à la problématique du manque d’espace, permettant de belles récoltes sur de petites surfaces. L’agriculture en ville passera peut-être par le système d'aquaponie !

cultures-aquaponie

Comment mettre en place un système d'aquaponie ?

Vous pouvez installer votre système en intérieur ou en extérieur. Dans le second cas, il faudra protéger votre bassin des grosses variations de température, en isolant ce dernier.

Pour un bon fonctionnement, la densité minimale recommandée en poissons est de 20 à 25 kg par m3. Comptez donc 6 à 7 kg de poissons pour un bac de 300 litres. L’eau est ensuite conduite vers un bac de 300 litres rempli de billes d’argiles sur une épaisseur de 25 à 30 cm. L’équilibre entre la quantité de poissons et de billes d’argile est primordial, afin que les poissons ne s’empoisonnent pas avec l’ammoniac de leurs déjections.

Les végétaux sont donc cultivés sur les billes d’argile qui font office de substrat et de réserve de nutriments, permettant ainsi aux plantes une croissance optimale.

Au bout de deux ou trois ans, le système aquaponique pourra fonctionner en autonomie : il est ainsi voué à devenir un véritable écosystème naturel et équilibré, comme dans toute démarche permaculturelle.

À noter : pour certains, aquaponie et permaculture ne vont pas ensemble, cette dernière se concentrant sur le sol et la vie qui y siège ; or l’aquaponie est une culture hors-sol... Cependant, si l’on considère que nous reproduisons ce qu'il se passe dans la nature, tout en créant un système visant à s’équilibrer de lui-même, cela s’inscrit dans la permaculture. À vous de vous faire votre avis !

Où intégrer mon système d’aquaponie dans mon design ?

Veillez, comme toujours en permaculture, à trouver le meilleur emplacement pour votre système dans votre design. Privilégiez la zone 1 de votre lieu, étant donné que vous vous y rendrez quotidiennement.

Mais vous pouvez également utiliser un bassin existant et réfléchir votre design autour de ce dernier, en intégrant une serre par exemple, qui vous permettra de préparer les plants au printemps avant la mise en terre au jardin.


Quels poissons puis-je installer dans mon système d’aquaponie ?

Privilégiez de préférence des espèces locales et appréciées pour la consommation de leur chair. En voici quatre exemples.

La truite

La truite est une espèce locale, dont la chair est très appréciée. Elle bénéficie de surcroît d’une croissance rapide, ce qui en fait un excellent choix. Issue de la pisciculture, on rencontre souvent l’espèce arc-en-ciel qui ne se reproduit pas naturellement - tout du moins, pas en France.

La carpe

Carpes communes, carpes amour et carpes Koi sont très appréciées en aquaculture.

Le tilapia

Le tilapia est un poisson d’eau douce ou saumâtre. Il s’agit d’une carpe exotique, à croissance rapide, aimant l’eau chaude. Attention, seul un petit nombre d’espèces est compatible avec l’aquaponie. 

La perche soleil, argent ou dorée

Les perches se rencontrent de plus en plus dans les systèmes aquaponiques. Elles sont très esthétiques et vivent en eaux douces ou saumâtres.


Truite
Carpe
Tilapia
Perche

Quelles plantes puis-je cultiver en aquaponie ?

Quasiment toutes les plantes se prêtent au jeu de l’aquaponie, en particuliers les légumes-feuilles, dont le rendement est très élevé dans ce système. Vous pouvez ainsi cultiver fruits et légumes, sauf les tubercules (pommes de terre, carottes, panais…)

Les boutures prennent également incroyablement bien grâce à l’aquaponie, ce qui permet une multiplication facile et rapide des espèces ligneuses. Vous constaterez ces résultats impressionnants dans cette vidéo que nous avons tournée à la ferme du Terr’eau, où nous avons nous-mêmes testé cette technique. Convaincus, nous avons d'ailleurs le projet de développer cette méthode pour notre pépinière.



Ainsi, l’aquaponie offre un système équilibré qui permet une production de produits frais et de qualité, animale et végétale, pouvant vous faire avancer sur le chemin de l'autonomie alimentaire. Si vous avez un projet agricole ou artisanal, vous pouvez même aller plus loin en vous lançant dans une ferme aquaponique, qui permet des cultures très rentables, même en milieu péri-urbain, voire urbain. Alors, tenté ?